courrier envoyé à Mme l'Inspectrice d'Académie

Publié le par ROUPY - Quentin BARDET

Roupy, le 22 février 2009

 

Madame l’Inspecteur d’Académie,

 

Dans les années 70, les villages de Douchy, Fluquières, Foreste, Germaine, Roupy et Vaux-en-Vermandois ont engagé une démarche alors innovante en créant une structure intercommunale pour accueillir les élèves de ces communes rurales. Ce regroupement « horizontal », porté par le syndicat des écoles regroupées du Vermandois, compte aujourd’hui quatre classes et quatre enseignantes, réparties sur le territoire du syndicat, à Roupy, Fluquières et Foreste.

 

Nous avons été informés que la question de la fermeture d’une de ces classes était aujourd’hui posée.

 

Les élus que nous représentons sont bien conscients que le fonctionnement de ce syndicat n’est plus satisfaisant, tant d’un point de vue administratif que pédagogique. Son fonctionnement est couteux pour les communes, son périmètre trop étroit pour atteindre un effectif satisfaisant. Sa structure éclatée, qui disperse nos enseignantes, ne répond plus aux exigences d’un enseignement moderne. Enfin, nous savons que les effectifs – nécessairement aléatoires d’une année sur l’autre sur un périmètre aussi étroit - vous rendent la gestion de la carte scolaire particulièrement délicat.

 

C’est pourquoi, les communes membres du syndicat ont décidé d’évoluer et de construire une nouvelle structure scolaire sur un périmètre plus large. Nos communes ont formé pour cela, avec cinq autres communes, le syndicat intercommunal du pôle éducatif primaire du Vermandois. La nouvelle structure doit permettre d’améliorer la qualité de l’enseignement dispensé, en regroupant les équipes enseignantes des classes des onze communes et en offrant des infrastructures de qualité pour les élèves. Elle doit aussi permettre aux communes de mettre les bâtiments aux meilleures normes de sécurité et d’accessibilité, de maîtriser le coût de fonctionnement de la structure et de permettre à l’Académie de rationnaliser les effectifs enseignants et d’homogénéiser le taux d’encadrement.

 

Cette évolution a demandé du courage de la part des communes. Il a fallu convaincre notre population que les structures éclatées, même si elles apportaient une proximité appréciée, répondaient moins aux exigences d’un enseignement moderne qu’un regroupement « vertical ». Il nous a fallu dépasser les conservatismes de certains élus pour former le syndicat. Enfin, l’investissement représente un effort notable des communes et de leurs partenaires financiers.

 

Les pré-études ont démarré en 2006. En 2007, la décision a été prise de réaliser la structure, un syndicat a été formé et un concours mené au cours de l’année. Un rejet par le syndicat du choix architectural fait par le jury  de concours a néanmoins annulé la procédure. Cet incident a retardé le projet, mais le syndicat renouvelé en 2008 suite aux élections municipales, a réaffirmé à une très claire majorité son souhait de voir ce projet aboutir au plus vite. Nous estimons qu’il nous faut encore un an de procédure et de conception et un an de travaux pour que la structure voie le jour. Dès l’ouverture de cette nouvelle structure, le syndicat des écoles regroupées du Vermandois sera dissout et les équipes enseignantes intégrées à la nouvelle structure.

 

D’ici là, nous apprécierions que l’intégrité de notre équipe enseignante soit préservée. Le seuil de quatre classes est crucial pour le maintien des élèves dans la structure appelée à disparaitre jusqu’à l’ouverture du pôle éducatif. Sans cela, nous anticipons des départs de familles pour d’autres écoles et l’équilibre du projet en gestation pourrait être remis en cause. Les parents et enseignants sont inquiets et ont du mal à comprendre un projet de fermeture alors que leur école est en pleine mutation. Aussi, nous vous demandons un moratoire sur la fermeture de classe envisagée, lié à la réalisation effective du projet de regroupement.

 

Nous nous tenons à votre disposition pour toute question (Quentin BARDET - 06 63 82 13 23) et nous vous prions d’agréer, Madame l’Inspecteur d’Académie, l’expression de notre respectueuse considération.

 

 

 

Quentin BARDET                                                                                      Stéphanie NICAUD

Publié dans Syndicats

Commenter cet article