Ouverture d'une agence postale à ROUPY

Publié le par ROUPY - Quentin BARDET

La Poste de retour dans la commune



De nombreux élus et des représentants de La Poste ont assisté à la cérémonie d'inauguration.

Après un peu plus de deux ans passés sans présence postale, le maire et ses administrés peuvent enfin souffler. Une agence postale communale a été inaugurée samedi après-midi.

 

« Une bonne affaire ! » C'est par ces quelques mots que le maire, Quentin Bardet, a qualifié l'ouverture d'une agence postale dans sa commune. Une nouvelle plutôt réjouissante si l'on en croit l'édile qui, rappelons-le, avait fait du retour de la Poste l'un de ses thèmes de prédilection lors de sa campagne électorale. « Je m'étais engagé à réaliser une promesse qui n'était pas gagnée d'avance », sourit ce dernier.
Et pour cause, depuis deux ans, la commune de Roupy ne disposait plus de ce service public. « Le bureau de poste a fermé. S'il a disparu, c'est parce qu'il y avait des raisons, relate le maire. Un relais de la poste a alors été assuré au sein de la boulangerie. Or, trois mois plus tard, la commerçante a pris sa retraite et personne n'a alors pris la suite. » Il ne s'agit plus désormais que de l'histoire ancienne. Depuis mardi en effet, les administrés peuvent se rendre à la mairie où a été installée l'agence postale. Ils peuvent ainsi accéder aux opérations les plus courantes (vente de produits courrier colis, retrait et dépôt de lettre recommandée ou de colis, retrait d'argent à hauteur de 300 euros par semaine…).

Dans les locaux de la mairie

Et cerise sur le

gâteau, ce n'est autre que la secrétaire de mairie, Valérie Gossart, qui tient cette agence, ouverte 14 heures par semaine. « C'est intéressant pour nous, puisque la Poste nous verse une indemnité compensatrice d'un peu plus de 800 euros par mois. Et nous n'avons pas besoin de recruter une autre personne », concède le premier magistrat de la commune. Qui encourage d'ores et déjà, de la même manière que Xavier Bertrand, député de l'Aisne présent lors de l'inauguration, les habitants à fréquenter ce bureau. « La survie ne dépend que de vous ! », insistaient les deux hommes. À bon entendeur…

Commenter cet article